Trouver le chalet de ses rêves sur LesPAC

Chaque chalet a son histoire… ou plutôt, ses histoires. Un chalet, c’est comme un lieu hors du temps qui nous permet de sortir de notre routine quotidienne, qui nous connecte avec la nature bien réelle qui nous entoure, plutôt qu’avec la réalité virtuelle qui fait maintenant partie de la vie des citadins branchés que nous sommes.

Au chalet, on apprécie toutes les nuances de la lumière, du levant au couchant. Le soir venu, on constate soudain la différence entre une nuit de pleine lune et une nuit sans lune. On ENTEND le silence. On VOIT la noirceur : tous nos sens se réveillent… Au chalet, la notion du temps change. On supporte aussi un peu plus le désordre. On cuisine, on bricole, bref, on prend le temps…

J’ai acheté mon chalet en 2004. Je venais de rencontrer mon conjoint et nous n’habitions pas ensemble, mais l’idée du « nid » me tenaillait. Je me suis donc mise à la recherche du nôtre sur les petites annonces (eh, oui, j’étais déjà accro à l’époque). Je n’avais encore jamais acheté de maison et l’idée d’un agent ne m’a pas effleuré l’esprit. J’ai entrepris cette recherche comme une quête : je devais découvrir le lieu magique, unique et idéal qui allait accueillir notre amour. Il fallait que je lui donne une terre, que je l’enracine dans un lieu physique et concret.

Après quelques visites, j’ai repéré une petite annonce sur LesPAC, en Mauricie. Il faut dire que j’avais quelques contraintes budgétaires, et je me suis vite rendu compte qu’il serait impensable pour moi de trouver quelque chose d’abordable dans les Cantons de l’Est. De plus, mon conjoint était originaire de la Mauricie, alors je n’ai pas eu beaucoup de mal à lui faire accepter quelques kilomètres en plus.

Je me souviendrai toujours du premier appel que j’ai fait au vendeur. Ce dernier, pensant me refroidir, m’avait bien avertie : « Vous savez, c’est un lieu très isolé ». Un endroit isolé? Sans le savoir, il venait de dire le mot magique. Quoi de mieux pour abriter notre jeune couple qu’un endroit isolé? Nous sommes donc partis le cœur plein d’espoir vers cette terre promise.

Pour arriver au chalet, il fallait faire quelques kilomètres sur un chemin de terre avant d’emprunter un chemin privé, étroit et pratiquement envahi par la végétation, sur un autre 200 mètres. Nous ne savions pas ce qui nous attendait, mais à un certain point, le chemin s’est élargi et un rang de grands mélèzes a remplacé la végétation chaotique pour nous accueillir sur un magnifique terrain dégagé en bordure de rivière.

C’était comme une naissance idéale où, après un passage plus inquiétant, un nouveau monde nous accueille à bras ouverts. Alain et moi n’avons pas échangé un seul mot. Nous nous sommes regardés et nous savions que nous avions trouvé. Oui, vous avez bien lu. Nous n’avions pas encore mis le pied dans le chalet et nous avions décidé que cette terre serait la nôtre.

En général, on déconseille les achats émotifs, mais je n’ai jamais regretté celui-ci, même si c’était un achat UNIQUEMENT émotif.

Je ne peux pas expliquer à quel point ce chalet a changé ma vie. Voici un peu plus de 12 ans que nous nous y rendons (nous y passons probablement une centaine de jours par année) et le plaisir d’y retourner est chaque fois renouvelé.

Je suis par la suite devenue propriétaire à Montréal, mais ma vraie maison a toujours été ce chalet. Je ne sais pas si mes ancêtres agriculteurs parlent à travers moi, mais je sens qu’une propriété doit avoir de la terre, un paysage.

Certaines personnes préfèrent toujours découvrir de nouveaux endroits, mais si mon chalet a un peu limité la variété de mes pérégrinations géographiques, il a été l’occasion de nombreuses découvertes. Au contact de la nature, j’ai redécouvert mon goût pour les travaux manuels (jardinage, tricot, artisanat, dessin, etc.). Il a changé ma façon d’aborder le temps et le rythme de mon existence pour me donner envie de mettre un stop sur une carrière qui me forçait à mettre en veilleuse plusieurs de mes valeurs. J’y ai trouvé du réconfort dans le silence et la solitude et j’ai surtout trouvé un toit qui abrite toujours mon amour.

Je souhaite à tout le monde de découvrir les joies de la vie de chalet. Aussi, je me suis permise un petit magasinage qui vous donnera peut-être à vous aussi l’envie de faire le saut. Je vous ai donc sélectionné cinq petits chalets à vendre sur LesPAC, en espérant qu’ils pourront apporter à d’autres autant de bonheur que j’en ai trouvé moi-même.

1- Un chalet centenaire sur une île privée à vendre pour 399 000 $, cliquez ici pour voir toutes les photos

129515850

2- Un chalet d’inspiration mid-century à vendre pour 193 000 $, cliquez ici pour voir toutes les photos

201890235

3- Un chalet au bord de l’eau pour 289 000 $, cliquez ici pour voir toutes les photos

195614859

4-Le chalet « retour à la terre », à vendre pour moins de 50 000 $, cliquez ici pour voir toutes les photos

136038066-1

5- Un chalet au milieu du bois pour aussi peu que 149 900 $, cliquez ici pour voir toutes les photos

182878022

Ce billet a été commandité par LesPAC. Je remercie LesPAC d’encourager et de supporter De la ruelle au salon.

3 commentaires

  1. Très touchante ton histoire de chalet Isabelle. Ça donne le goût de s’en magasiner un ! Merci pour ce moment inspirant.

  2. J’adore toutes les réalisations ! Ça donne vraiment envie d’en avoir un ! Vous pouvez me dire combien de temps dure une construction d’un chalet ?

  3. Je me rejoins à vous concernant les histoires que peut nous conter chaque chalet! Comme vous, quand j’ai besoin de me retrouver, retrouver mes valeurs, mon moi sans le rythme de la ville, je passe quelques jours dans le chalet de mon grand-père!

Laisser un commentaire