Rénover un ancien magasin général: l’aventure extraordinaire de Roxanne et Olivier

Je ne sais si vous êtes comme moi, mais le temps des vacances est le moment de l’année  où j’ai la jauge « changer de vie » dans le rouge. La beauté de la campagne sous le soleil, une plage au bord du fleuve, une maison en bardeau, un atelier de poterie… et me voilà en train de me dire que je pourrais être plus heureuse ailleurs.

Il existe à Sainte-Thècle, en Mauricie, un ancien magasin général tout à fait charmant qui pourrait bien vous faire cet effet-là: le café-boutique Aux cinq soeurs. À tout le moins, c’est ce qui s’est passé pour Olivier et Roxanne, tous deux dans la vingtaine et qui habitaient la Rive-sud de Montréal. Il y a maintenant un an et un mois, le couple a eu un coup de coeur devant cette bâtisse construite en 1915 et inhabitée depuis 20 ans.

La première fois que je me suis rendue à Sainte-Thècle, j’avoue avoir pensé qu’ils étaient sans doute frappés d’une étrange maladie qui créée de fortes poussées d’inconscience, de l’aveuglement volontaire et des débordements d’optimisme. Bref, pour moi, la bâtisse était en ruines. Roxanne avait beau me la faire visiter avec enthousiasme, je n’arrivais pas à comprendre la langue qu’elle parlait et je cachais tant bien que mal un réalisme assassin. Je peux bien l’avouer aujourd’hui: je ne voyais pas comment, en un an, le couple allait pouvoir relever le défi. D’ailleurs, il parait que je n’étais pas la seule: peu de gens croyaient à la réussite du projet.

Voici quelques photos, pour vous donner une idée.

13001135_284463861884810_7580070706696541785_n

Ouvert en 1885 par David Leblanc, le magasin général a été opéré par ses cinq filles, Lucille, Geneviève, Françoise, Judith et Marguerite (d’où le nom Aux Cinq Soeurs) jusqu’en 1996. Laissé à l’abandon depuis 20 ans, cet immeuble de Sainte-Thècle était en voie d’être démoli avant qu’Olivier Myre et Roxanne Monfette décident de l’acheter.

avant2 avant

Avant même de penser à faire des travaux, il a fallu des mois au couple pour trier l’énorme quantité d’objets laissés dans le magasin. Un travail colossal !

 

J’ai suivi l’évolution du projet de loin, tout de même assez souvent en contact avec Roxanne et Olivier qui, tout en ayant un autre travail, rénovaient et préparaient l’ouverture de leur café pour le mois de juin. Je voyais régulièrement défiler les photos sur mon fil Facebook. Rien ne semblait à leur épreuve. Bricoleurs possédant un excellent sens des affaires, les deux jeunes entrepreneurs pensaient non seulement ouvrir un café dans un village de 2500 habitants situé en Mauricie (une région qui n’est pas des plus touristiques), mais pensaient en plus vendre des produits d’artisanat. En plus de rénover le magasin, de fabriquer les tables avec du bois recyclé, de peindre les chaises anciennes achetées dans les encans, et j’en passe, Roxanne a rejoint 70  artisans qui ont aujourd’hui leurs produits sur les tablettes du café (la moitié provient de la Mauricie et beaucoup de la région de Mékinac). Un mois après l’ouverture, cinq personnes s’affairaient derrière le comptoir lors de ma récente visite. La place était pleine et le café compte déjà ses habitués. Il faut dire que Roxanne et Olivier n’ont pas lésiné sur la qualité. La café vient d’une brûlerie de la région et Olivier, qui a un petit côté geek, a fait une obsession sur le métier de barista et a perfectionné sa technique des mois durant.

Aujourd’hui, le couple opère un splendide commerce qui semble voué à un bel avenir. Leur projet a aussi permis à un immeuble historique de trouver une nouvelle vie.

13615198_325028711161658_1276826399819475_n

Olivier, derrière le comptoir d’origine du magasin général, s’affaire à préparer des bons cafés.

13439017_321442801520249_320168042273296663_n

J’adore cette photo. On dirait presque une petite terrasse du Maine.

 

13325504_308329296164933_6175233748282952668_n

La façade du café-boutique Aux Cinq Soeurs, quelques jours avant l’ouverture. 

13619905_10153737303250036_8750933392433842845_n

Roxanne et Olivier, avec un client qui en est déjà à sa troisième visite en un mois !  Il parait qu’il n’y a pas que le café qui est bon Aux cinq soeurs, mais que les gaufres valent le détour, aux dires de Fred Pellerin.

PS: Merci à Olivier et Roxanne de m’avoir fait réaliser que c’est moi qui était atteinte d’une maladie. L’expérience et le réalisme ne sont pas toujours les meilleurs alliés et sont souvent capables de tuer les rêves. Merci à vous deux cette belle leçon! Vous êtes une vraie source d’inspiration. Bravo ! Je vous souhaite tout le succès du monde.

Pour rejoindre la page Facebook, du café, cliquez ici et pour le site internet, ici.

12 commentaires

Laisser un commentaire