Les lampes Amulettes d’Annie Legault

Je suis sensible à l’artisanat, et particulièrement à ce qu’on appelle les travaux d’aiguilles. J’ai toujours vu ma mère coudre, tricoter ou broder. Je n’ai pas hérité de sa patience et de sa grande minutie, mais le savoir a été transmis et il m’arrive à l’occasion de passer un après-midi derrière la machine à coudre, le crochet ou les aiguilles à tricoter.

Il y a deux mois, j’ai laissé à mon chum la délicate mission de recevoir une personne intéressée à acheter notre canapé. La personne en question a acheté le canapé et a laissé sa carte à mon chum. Il est beaucoup moins sensible à l’artisanat que moi, mais il me connaît bien, alors après avoir vu le site web indiqué sur la carte, il m’a dit : « Je crois que la fille qui est venue aujourd’hui fait de jolies choses. Elle m’a laissé sa carte ».

Je suis donc allée voir son site. J’ai eu un coup de foudre immédiat. La première pensée qui m’est venue, c’est : « Pourquoi est-ce que ce n’est pas moi qui fait ça? » Disons que je suis un peu fusionnelle lorsque je suis en amour. Quand j’aime, je veux devenir l’autre. Je deviens l’autre.

Considérations psychologiques à part, ce que fait Annie Legault, sous son étiquette Amulette Design Textile, est EXACTEMENT l’idée de que je me fais d’une artiste qui revisite un art traditionnel. Ses créations textiles, qu’il s’agisse de lampes, de tapis ou de jetés, expriment le mariage parfait du design et de l’artisanat. Ses lampes nous réconcilient avec le macramé tandis que ses petits tapis évoquent le traditionnel tapis rond des maisons rustiques québécoises.

Diplomée en arts visuels, Annie Legault s’est orientée vers la création textile. Elle réalise elle-même toutes ses créations entièrement à la main. Les lampes sont faites à partir de laine, de jute ou de sisal. Les jetés sont en laine d’alpaga tandis que les tapis sont en laine mérinos non cardée. Le choix des matières nous invite dès le départ dans un univers doux, confortable et chaud.

Quand on demande à Annie pourquoi elle a appelé son entreprise « Amulette », elle nous explique que les amulettes servent à protéger. C’est une image qui convient plutôt bien à son travail, qui protège tantôt du froid, tantôt de la noirceur, et toujours – absolument toujours – de la laideur et de la banalité. Qu’on croie ou pas à la magie, lorsqu’on met autant de passion dans un travail manuel et qu’on passe autant d’heures à réaliser chaque création, je me dis qu’il est impossible que rien ne soit transmis à l’objet. Les objets réalisés par Annie ont une âme, tout simplement.

On achète ses créations en visitant son site web, mais on peut aussi les trouver à l’atelier-boutique Espace Pépin, dans le Vieux-Montréal , Jardin d’hiver au Mont-Tremblant et à Vancouver chez Nineteen Ten.

9bf8752389872f80a20be497c93a1400

4ded4944b4ef675423a2aedc523addc7 30734057ecddf99121c30fd0ce6569c3 59c9d9560be98ed0d3d57b37681b38d8 a96b8e1dbff2a139c1a188efc422d7a1 cbde311ecee4b42f3a8e02dbc672bb2e 256a7db50183be55476bb51a4bde8056 92a0c8a485b1ea55423d9a82c076509d 99330e30e98379fd4b68ce7221f39503

Un commentaire

  1. Beatrice Palmer

    Bonjour
    Vos luminaires sont très beaux ! Peut on les trouver en France?
    Je suis professionnelle dans le sud….
    Bien cordialement
    Beatrice
    Estela de mar
    12 rue espert
    11430 Gruissan

Laisser un commentaire