Acheter une piscine usagée sur les petites annonces- Partie 1

Depuis que nous avons acheté le chalet, il y a 12 ans, je rêve d’une piscine. Attention: pour comprendre mon rêve de piscine, il faut que j’ouvre une parenthèse et que je vous parle de mon enfance en France. Là bas, les piscines (même hors terre) étaient et sont encore sans doute très rares et surtout réservées aux gens très à l’aise financièrement. Contrairement à nombre d’enfants québécois, lorsque j’étais petite, je n’allais pas jouer dans la piscine des voisins. Aucun de mes voisins ou amis n’avait de piscine. J’aurais pu chercher des kilomètres à la ronde et je serais rentrée bredouille. Mon chum, lui, a passé son enfance à jouer dans la piscine familiale ou dans celles des voisins… Mon rêve de piscine n’avait absolument aucun écho chez lui. Pour lui, une piscine est plus un synonyme de corvées que de plaisir.

À titre d’exemple, voici une photo aérienne (actuelle) du quartier où mon chum a grandi, et juste au-dessous, une photo aérienne (actuelle) du quartier où j’ai grandi. Vous comptez combien de piscine par chez nous et combien chez mon chum?

GoogleEarth1 GoogleEarth2

Vous l’aurez compris, quand j’ai une idée dans la tête, je ne suis pas du genre à me laisser décourager facilement. J’ai multiplié les bons arguments:

1- Nous prenons pas de vacances à l’extérieur cet été

2- La piscine ne coûtera pas cher puisqu’il y en a beaucoup qui sont offertes sur kijiji, même gratuitement.

3- Nous allons tous mourir un jour, alors il faut bien réaliser certains de ses rêves pendant qu’on en a le temps. (J’avoue que c’est un peu intense comme argument, mais ça m’arrive d’être un peu intense…)

J’ai multiplié les recherches sur les petites annonces: il y a vraiment beaucoup de propriétaires qui proposent leur piscine gratuitement si on est prêt à aller la démonter.  Mais comme je ne voulais pas pousser le bouchon trop loin (mon chum n’affichait aucun enthousiasme pour le projet) , j’ai opté pour une piscine déjà démontée à 250 $.

Nous avons donc préparé le terrain. Un gentil voisin est venu avec sa pelle excavatrice. Puis nous avons fait venir un camion de sable. Mais le camion (un 10 roues) ne pouvait pas se rendre très près du trou prévu pour la piscine et il a dû répandre son contenu à une vingtaine de mètres. Comme mon chum ne peut pas suivre son entraînement habituel lorsqu’il est au chalet, il a pelleté et déménagé quelques tonnes de sable à la brouette sans trop ronchonner. Puis nous avons loué une compacteuse pour bien préparer l’espace. Bien sûr, pendant tout ce temps là, j’ai carburé aux vidéos sur de montage de piscines sur YouTube. Puis, le temps est venu de monter la piscine…

Ce matin là, notre helper ne pouvait pas venir… Faisant ni une ni deux, je me suis retournée vers les petites annonces et j’ai trouvé quelqu’un disposé à nous aider. En attendant qu’il arrive, nous avons constaté qu’un des pieds de la piscine était complètement rouillé et que le rail métallique qui doit s’y insérer ne pouvait pas rentrer du tout. Panique à bord ! (Oui, on a la panique un peu facile.) Nous avons cherché un pied de remplacement, puis un soudeur, n’importe quelle solution, quoi. Nous nouveau helper est arrivé et nous n’avions pas encore réglé le problème.

C’était une journée caniculaire où les mouches à chevreuils ont aussi décidé de fêter la réalisation de mon rêve. Pas mal plus doué que nous pour ce genre de travaux, le gars a patenté une réparation sur le pied rouillé et nous avons commencé. Comme nous n’avons pas démonté la piscine et que nous ne sommes pas des spécialistes, nous avons mis trois heures à dérouler la tôle de la piscine et à la faire entrer tant bien que mal dans le rail.

Nous avons remercié l’homme – qui a tellement pris de soleil qu’il est reparti rouge comme un homard – et je l’ai accompagné au guichet automatique pour sortir l’argent pour le payer.

En route, j’ai reçu un texto de mon chum: « La piscine est toute en train de s’écrouler. Je capote. »

Voilà. Nous sommes maintenant lundi. Depuis hier, nous prions pour qu’il n’y ait pas d’orage et que la piscine ne s’envole pas. Il pleut et nous n’avons pas toujours de nouvelles de notre premier helper. Hier soir, j’ai payé le resto à mon chum pour lui faire oublier la journée où, au lieu de terminer ses contrats confortablement assis à son ordinateur, il a plutôt travaillé sous un soleil de plomb, pour rien, pour un projet dont il ne voulait pas… Je me suis encore tournée vers les petites annonces et j’ai trouvé quelqu’un (un expert, cette fois) pour nous aider à installer la piscine. Comme on prévoit trois jours de pluie cette semaine, ce dernier nous a conseillé de tout défaire…

La suite de la saga dans trois jours.

Le seul conseil que je me vois en mesure de donner à ce stade, c’est que, si vous décidez de monter une piscine hors terre, vous pouvez préparer le terrain à l’avance, mais lorsque vous commencez à monter la structure comme telle, vous devez être certain de pouvoir tout installer et commencer à au moins remplir la piscine de moitié le jour-même.

Pour l’instant, voici les dépenses de ce projet qui ne devait presque rien coûter :

  • Piscine: 250 $
  • Préparation du terrain, sable et helpers: 325 $
  • Location d’une compacteuse (pour le sable): 50 $
  • Achat d’une nouvelle toile: 250 $
  • Restaurant pour panser les plaies: 75 $
  • IMG_5457
  • Ci-dessus: Moi, au volant de la compacteuse. Ci-dessous: Dans un optimisme débordant, j’ai étalé la toile qui va sous celle de la piscine et je fais la danse de la joie en invitant déjà tous mes amis à venir se baigner. Je ne sais pas encore ce qui m’attend le lendemain…
  • fondpisicn
  • Je n’ai malheureusement pas pris de photo de la tôle de la piscine à terre…

En attendant voici une photo du rêve que j’avais et une autre de celui auquel je vais sans doute devoir me résoudre….

pis1

pis2

Mais comptez sur moi, je n’ai pas dit mon dernier mot …

 

 

8 commentaires

  1. Jeannie Paulidis

    C’est bien malheureux mais c’est souvent le cas quand on veut économiser en achetant de l’usagé….Je sympathise avec vous et bonne chance pour la suite!!!! 😉

  2. Valérie Juneau

    Tu ne lâche pas ma belle Isa! Tous ces projets gardent vivant.

  3. Danielle Racine

    Il y a 25 ans j’ai acheter une piscine usagée hors terrre toute en métal du solide!!!! On pouvait marché debout sur le pourtour…
    Nous l’avons installé nous même et avons ajouter un drain de fond. Nous avons du changer la toile…mais elle est encore debout. Et si j’en juge par l’utilisatrice actuelle des lieux elle a du millage mais est encore très fonctionnelle avec 2-3 moteurs de piscine et toiles plus tard. Courage…

  4. Jocelyne

    Morale de l’histoire : tu as un chum formidable !

  5. Heeeee… Moi je n’utiliserais pas le compacteur en portant des sandales… Mais oui, vous démontrez beaucoup de bravoure!

  6. Danielle Iza

    Ce sont des économies de bouts de chandelles!

    Des fois, dans la vie, il faut laisser ses convictions de côté (i.e. acheté toujours usagé!) et allonger un peu les dollars pour du neuf. De toute façon, cela va revenir au même prix que si vous aviez acheté du neuf et en plus sans la garantie qui va avec l’achat!

  7. Tous ces magnolias autour de la « piscine de rêve » ça doit faire plein de cochonnerie dans l’eau de toute façon. Hi hi! Vive les projets et les plans B! Lâchez pas!

  8. Wow pas certaine que j’aurais eu le courage ! Bravo pour votre persévérance, je suis certaine que l’article va en aider plusieurs à faire les bons choix !

Laisser un commentaire